FrançaisRespirerBrexit. Trois questions à la présidente d’un réseau vert, à Kingston

mm Martina Mannini17 décembre 20182 min

Le petit arrondissement de Kingston, situé au sud-ouest de Londres, entre capitale et pays, est riche en espaces verts, ainsi qu’en petits réseaux qui promeuvent la durabilité environnementale. Rencontre avec une activiste locale. 

Marilyn Mason est une activiste verte.  Elle habite depuis 20 ans dans l’arrondissement de Kingston upon Thames,du côté nord, au niveau de Richmond park. Depuis 2006, elle travaille aux cotés du Conseil local, avec le Kingston Environment Forum (KEF), pour soutenir diverses causes environnementales.

Son réseau rassemble une quinzaine de résidents, bénévoles ou membres d’autres organisations, avec des domaines d’intérêt et des compétences divers. Marilyn Mason organise avec eux des manifestations sur la biodiversité locale, contribue à rédiger des documents pour le programme de santé publique, s’active pour préserver la pousse des fleurs sauvages au bord des routes.

Les questions de développement qui occupent le KEF concernent également le transport durable, ou encore l’efficacité énergétique.
Interrogée sur l’impact local que pourrait avoir le Brexit dans le milieu de l’environnement, Marilyn Mason évoque l’efficacité des réglementations européennes et s’inquiète d’un futur manque de fonds et de ses conséquences, à petite comme à grande échelle.

mm

Martina Mannini

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *