FrançaisSe soignerSanté mentale. Ils soignent ceux et celles que le Brexit angoisse

mm Clémence Labasse22 novembre 20186 min

Peurs, crises d’angoisse ou même de panique. Penser au Brexit peut se révéler extrêmement anxiogène pour certains Britanniques. Pour y remédier, une clinique de psychothérapeutes a décidé d’offrir gratuitement jusqu’à six séances de soutien émotionnel à ceux et celles qui ne supportent plus l’incertitude. Rencontre avec ceux qui soignent les résidents britanniques angoissés par le Brexit.

Au lendemain du référendum pour la sortie de l’Europe, bon nombre de personnes au Royaume-Uni ont été plongées dans une détresse sans pareille. Ne pas savoir où l’on va pouvoir vivre, travailler, ou faire grandir ses enfants. Ne pas connaître ses propres droits. Vivre dans l’incertitude est pour beaucoup une situation insoutenable.

Ainsi en 2017, un sondage de 1 300 Remainers a démontré que beaucoup d’entre eux étaient toujours traumatisés par les résultats du vote de juin 2016, et se sentaient « dévastés », « en colère », « déprimés », « trahis » ou encore « honteux » face au Brexit. Des sentiments encore plus exacerbés chez les Européens qui pour beaucoup ont construit une vie au Royaume-Uni qu’ils sentent petit à petit s’échapper.

Pour tenter d’aider ces derniers, un groupe de cinq psychothérapeutes s’est porté volontaire en octobre 2017 pour offrir des sessions de soutien psychologique aux Européens que l’incertitude causée par le Brexit paralyse. Le programme, intitulé Emotional Support Service for Europeans (en français, Service de soutien émotionnel pour les Européens) offert par l’académie existentielle de Londres a tout de suite rencontré un vif succès.

«  Si nous avons lancé ce programme, c’est que nous avons vu qu’il y avait énormément de personnes très inquiètes, dont le seul espace pour exprimer leur angoisse était sur les réseaux sociaux ou les forums. Beaucoup de gens n’ont pas les moyens financiers pour aller chercher une aide professionnelle. Et personne ne traitait ouvertement de ce problème », explique le Dr Neil Lamont, administrateur du programme.

Un service entièrement gratuit

Pour Jo Molle, psychologue du centre, offrir cette aide bénévolement était une évidence, même si cette charge de travail s’additionne à son activité quotidienne. « Mon père est italien et n’a pas la citoyenneté britannique. J’ai pu voir directement comment le Brexit a affecté ma famille, psychologiquement. Les inquiétudes de mon père pour sa retraite, car il travaillait pour une société italienne. Même moi qui ait la double nationalité, je ne suis plus bien sûre de ma propre identité, raconte-t-elle. Tout cela m’a donné une grande empathie et l’envie d’aider les personnes qui souffrent de cette situation. »

Les cinq psychologues mobilisés ont déjà apporté de l’aide à une centaine de personnes depuis le lancement du service, sous forme d’échanges par téléphone, emails ou Skype. Ils ont une liste d’attente importante. « Nous continuerons d’offrir ce service tant qu’il y aura un besoin. Peut-être que quand nous aurons quelques certitudes sur la suite des choses, la demande disparaîtra », conclut le Dr Lamont.

Quitte ou Double lance sa newsletter mensuelle. Débrief de l'actualité, éclairages d'experts, dessins de presse... Pour ne rien manquer, inscrivez-vous ici.

mm

Clémence Labasse

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *