FrançaisLiveLe glossaire pour tout comprendre au Brexit

mm Stéphane Geneste14 novembre 201816 min

« Brexit », un mot qui fait désormais partie de notre vocabulaire. Mais difficile de comprendre les enjeux du Brexit, dans la jungle des appellations techniques. De « article 50 » à « union douanière », notre lexique pour s’y retrouver.

Article 50

L’article 50 du traité sur l’Union européenne permet qu’un pays membre de l’Union puisse la quitter. Il a été introduit dans les textes européens en 2009 via le traité de Lisbonne. Le Royaume-Uni a activé cet article le 29 mars 2017. C’est le Lord Kerr of Kinlochard, un diplomate britannique, qui est à l’origine de l’article.

Accord de transition

L’article 50 porte seulement sur le divorce d’un pays avec l’Union européenne. Mais les négociations entre cet État et Bruxelles peuvent prendre du temps. Dans le cas du Brexit, les futures relations commerciales ou judiciaires de Londres avec l’UE devront faire l’objet d’autres pourparlers qui pourraient prendre de longues années. C’est pourquoi un accord de transition devra ensuite être conclu.

AELE

L’Association européenne de libre-échange correspond à un groupe d’États ayant établi une zone de libre-échange en Europe. Indépendante de l’Union européenne, cette association a regroupé une dizaine de pays avant que tous ne la quittent au fur et à mesure de leur entrée dans l’UE. Aujourd’hui, il n’y a que quatre pays (Islande, Norvège, Liechtenstein et Suisse) dans ce groupe. Si le Royaume-Uni sort de l’Union européenne, son retour dans l’AELE peut être une opportunité économique et commerciale.

Accord du Vendredi Saint

L’accord du Vendredi Saint a été signé en 1998. Il s’agit d’un accord de paix pour l’Irlande du Nord, mettant ainsi fin au conflit qui opposait les nationalistes nord-irlandais au pouvoir central du Royaume-Uni. Grâce à cet accord, la frontière militarisée entre l’Irlande du Nord et la République d’Irlande a totalement disparu. Mais si le Brexit a lieu, cette frontière pourrait réapparaître, puisque l’Irlande du Nord est rattachée au Royaume-Uni et ne ferait donc plus partie de l’Union.

Backstop

Le « backstop », ou filet de sécurité, est une mesure proposée par l’Union européenne. Cette clause temporaire de sauvegarde doit permettre de garder ouverte la frontière entre les deux Irlande pour les biens et les personnes. Cette proposition faite par l’UE est contestée par le gouvernement britannique. Elle reviendrait à unifier l’île (les deux Irlande) en la joignant à l’Union européenne. De plus, Theresa May a besoin des voix des députés du DUP pour conserver sa majorité à la chambre des Communes.  Ce « backstop » serait mis en place jusqu’au 31 décembre 2020.

DexEU

Le DexEU est le ministère chargé des négociations sur le Brexit. Dominic Raab, qui avait fait campagne pour le Brexit, en a pris la tête le 9 juillet dernier, après la démission du précédent ministre, David Davis. Dominic Raab a également quitté le poste de ministre jeudi 15 novembre 2018 après que l’accord entre le Royaume-Uni et l’UE a été accepté par le gouvernement de Theresa May.

DUP

Le DUP est le Parti unioniste démocrate de l’Irlande du Nord d’orientation conservatrice. Le DUP est fortement eurosceptique mais prend position contre le rétablissement d’une frontière entre les deux Irlande. C’est l’allié indispensable de Theresa May au Parlement britannique. Sans les voix du DUP, la Première ministre n’a pas de majorité.

EEE

L’espace économique européen rassemble 31 États: les 28 de l’UE et trois États de l’AELE. Ils font tous partie du marché unique européen, qui permet que les biens et les services circulent librement à l’intérieur d’eux. Ce marché unique comprend une union douanière.

Écosse

L’Écosse est une nation du Royaume-Uni qui a voté contre la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne. Le SNP (Parti national écossais, indépendantiste) est allié avec les libéraux et démocrates, les travaillistes et les Verts contre le Parti conservateur. La Première ministre écossaise, Nicola Sturgeon, dirige aussi le SNP, ce qui ne facilite pas la vie de Theresa May dans ses négociations avec Bruxelles.

Gibraltar

Le rocher de Gibraltar se trouve au sud de l’Espagne. C’est un territoire britannique depuis le XVIIIe siècle. Territoire britannique d’outre-mer, Gibraltar est entré dans l’UE en 1973, en même temps que le Royaume-Uni. En tant que territoire britannique, il est soumis aux mêmes règles que la métropole britannique pour le Brexit. Le Rocher quittera donc l’Union en même temps que Londres.

Hard et soft Brexit

Le hard Brexit signifie la sortie pure et simple du Royaume-Uni du marché unique européen. Cela signifierait que le pays pourrait contrôler toutes ses entrées et sorties (aussi bien humaines que matérielles), avec le retour de barrières douanières et tarifaires. Un soft Brexit, en résumé, permettrait au Royaume-Uni de rester dans une union douanière et/ou dans le marché unique.

Immigration

Plus d’un million de Britanniques vivent dans les pays de l’Union européenne. Il faut donc garantir leurs droits, et le Brexit pourrait avoir une influence sur ces derniers. Le sort des plus de trois millions de citoyens européens déjà présents au Royaume-Uni servira de monnaie d’échange. L’immigration a été un argument fort dans la campagne durant le référendum du Brexit. Selon un projet de loi de Theresa May, les personnes souhaitant s’installer outre-Manche devront attester d’un certain niveau de revenu, pour garantir qu’elles n’occupent pas des emplois « qui pourraient être pourvus » par la population britannique.

Leave means leave

Le “leave means leave” est un movement transpartisan pro-Brexit et eurosceptique. L’ex-patron du Ukip Nigel Farage est une de ses figures de proue. Ses adhérents et activistes militent pour que le Royaume-Uni quitte l’Union européenne à la suite du résultat du référendum organisé par l’UE le 23 juin 2016. Selon eux, une situation où il n’y aurait pas d’accord serait préférable à un mauvais accord.

No deal

Le « no deal » correspond à l’absence d’accord entre le Royaume-Uni et l’Union européenne. En d’autres termes, les négociations entre Londres et Bruxelles n’auraient abouti à rien. Une situation qui inquiète Britanniques comme Européens. Le prix des transactions bancaires en euros risquerait de grimper faute d’accord. Le règlement qui encadre actuellement le niveau des commissions tomberait automatiquement avec la sortie du Royaume-Uni. De plus, les Britanniques pourraient se voir facturer des frais d’itinérance lorsqu’ils voyagent dans l’UE, en fonction de la politique des opérateurs télécoms. Autre conséquence: les touristes britanniques devraient avoir un passeport n’expirant pas dans les six mois pour être sûrs de pouvoir entrer dans les pays de l’espace Schengen sans être refoulés.

Passeport financier européen

Le passeport européen est un dispositif qui permet de vendre un produit financier dans l’ensemble de l’UE après l’approbation d’un seul des régulateurs nationaux. Sa perte pourrait pousser certains groupes à déménager ou relocaliser une partie de leurs activités londoniennes sur le continent. Les différentes places européennes déroulent le tapis rouge aux entreprises et banques britanniques pour les attirer chez elles. Paris, Francfort, Luxembourg et Dublin sont les principales villes en course.

People’s vote

Ce mouvement citoyen et politique appelle à la tenue d’un nouveau référendum sur l’appartenance du Royaume-Uni à l’Union européenne. Il a été créé en avril 2018 et a réuni en octobre 700 000 manifestants dans les rues de Londres.

UKIP

Le UKIP est le parti pour l’indépendance du Royaume-Uni. Ce parti anti-immigration et eurosceptique a largement milité pour le départ du pays de l’Union européenne. Apres le oui au referendum   sur le Brexit, le parti a perdu son chef charismatique Nigel Farage et un peu de sa raison d’être.

Union douanière

Les 28 États de l’UE constituent l’Union douanière, en plus de Monaco, de la Turquie, d’Andorre et de Saint-Martin. Entre les membres, il n’y a pas de droits de douane et de restrictions au commerce. Ils ont également adopté une politique commerciale commune vis-à-vis des pays tiers et des droits de douane communs. Cette union douanière prend part dans le marché unique européen, dans le cadre de la libre circulation des marchandises.

Lire aussi : Suivez notre live pour tout comprendre au projet d’accord entre l’Union européenne et le Royaume-Uni

mm

Stéphane Geneste

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *