LiveLondres annonce un projet d’accord avec Bruxelles

mm Thomas Perroteau13 novembre 20185 min

Le gouvernement britannique n’a jamais été aussi proche d’un accord sur le Brexit. Pour la première fois depuis le début des négociations, un “projet d’accord” a été “conclu” selon le porte-parole du cabinet de la Première ministre Theresa May.

“Les ministres ont été conviés à lire le document en amont de la réunion”, a précisé le porte-parole. Selon plusieurs médias britanniques, les ministres ont été convoqués individuellement ce mardi soir au 10 Downing Street. Ces ministres devront dire s’ils soutiennent ou non ce brouillon d’accord, engageant ainsi leur présence dans le gouvernement.

L’Union européenne reste prudente

L’existence d’un accord “technique” a été confirmé par un membre du cabinet repris par la BBC, ainsi que par “une source européenne” citée par l’AFP.

De leur côté, les ambassadeurs des 27 pays de l’UE se retrouveront mercredi après-midi à Bruxelles, selon des sources diplomatiques reprises par l’AFP.

“Nous n’y sommes pas encore”, a tempéré le vice-président de la Commission européenne Frans Timmermans. “Nous serons très attentifs à la conférence de presse demain midi”, a déclaré le porte-parole de Michel Barnier, négociateur en chef du Brexit pour l’Union européenne.

Accord douanier et question irlandaise

La chaîne irlandaise RTE, qui cite deux sources gouvernementales, affirme que le projet d’accord prévoit un “filet de sécurité” qui doit éviter le retour d’une frontière physique entre l’Irlande du Nord et la république d’Irlande. “Il aura la forme d’un arrangement douanier pour tout le Royaume-Uni avec des dispositions “plus profondes” pour l’Irlande du Nord en termes douaniers et réglementaires”, a tweeté son journaliste Tony Connelly.

L’accord impliquerait le maintien du Royaume-Uni tout entier dans un accord douanier avec l’UE, et pas seulement l’Irlande du Nord, comme cela avait été initialement proposé par Bruxelles.

Theresa May doit désormais réussir à faire accepter cet accord à son parti conservateur, très divisé sur la question. Elle devra aussi convaincre le petit parti nord-irlandais DUP, indispensable à sa majorité absolue.

La conclusion des négociations pourrait permettre l’organisation d’un sommet européen exceptionnel d’ici la fin du mois de novembre pour entériner l’accord.

Le temps presse pour l’UE comme pour le Royaume-Uni, qui doivent faire ratifier l’accord par leurs Parlements respectifs avant la date de la sortie britannique de l’UE, le 29 mars 2019.

mm

Thomas Perroteau

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *